jump to navigation

Aux 65 millions de blessé(e)s janvier 9, 2015

Posted by Tiana in Non classé.
1 comment so far

Il est facile de haïr,

de retourner à cet état animal ;

on ne hait pas avec son cerveau,

on hait de toutes ses tripes.

Je ne veux pas être un de ces animaux,

Je serais humaine.

Il Est Ironique janvier 18, 2013

Posted by Tiana in Non classé.
2 comments

… de constater (et je vous jure que je n’en avais plus aucun souvenir), que mon dernier article en date d’il y a maintenant plus d’un an et demi est consacré au célibat… et que je reviens pour vous parler de mon couple. Il s’en est passé des choses ! Des bonnes, des mauvaises, tellement mauvaises que l’on a envie de les mettre dans un coin de sa mémoire et de les ressortir dans dix ans, vous savez, quand « on aura pris du recul »… Heureusement « tout vient à point à qui sait attendre » j’ai envie de dire. Et c’est encore meilleur !

L’amour, quand il vous tombe dessus comme une évidence, et j’admet que je ne m’y attendais pas du tout, est finalement assez facile à gérer. Est ce que c’est ça le critère ? On sait que c’est le bon quand c’est facile ? Quand les malentendus et incompréhensions appartiennent tout d’un coup au passé ? Je suppose que l’on a chacun sa définition.

La mienne, c’est cette envie d’avancer avec lui, qu’il m’apprenne à cuisiner et à faire du skateboard, que je l’emmène au Québec en hiver, envie de découvrir sa famille, de s’installer ensemble, de lui cuisiner des quiches, de voyager au Japon, de rentrer le soir et le retrouver autour d’un verre de vin.

Et au delà de son amour, cette envie d’avenir ensemble est probablement la chose qu’il m’a donnée dont je lui suis le plus reconnaissante.

All the single ladies avril 15, 2011

Posted by Tiana in moi moi moi.
4 comments

Je m’excuse par avance à ceux qui seront choqués/dégoutés par la référence évidente à Beyoncé, mais elle m’a tellement marquée avec sa chorégraphie à base de ‘slap you ass’ que quand je parle de célibat, c’est toujours cette chanson qui me revient en tête.

 

« Célibataire : se dit de quelqu’un qui n’est pas marié. En chimie, se dit d’un atome, d’un électron indépendant, non apparié. »

Voilà pour la définition du dictionnaire. Malheureusement, dans notre société ce mot désigne quelque chose de bien pire : la solitude. On s’imagine tout de suite ces femmes sur un plateau de télé style « C’est mon choix » prêtes à tout pour trouver le prince charmant. On s’imagine Bridget Jones en pyjama sur son canapé, beuglant « All by Myself » entre deux cuillerées de Ben&Jerry’s. On se souvient de cette question toujours posée d’un ton trop aigu « Et les amours ? » immanquablement suivie d’un regard semi affligé-atterré quand on répond par la négative.

Célibataire, à la limite. La société est très tolérante après tout, on peut être lesbienne, nonne, catcheuse, tout est possible ! Mais célibataire ET heureuse, faudrait voir à pas déconner non plus. On ment. Forcément. A soi même et aux autres, plus ou moins consciemment, on refuse d’avouer à quel point notre vie est horrible. Le célibat est vu comme une malédiction qui s’abat sans pitié et qu’on subit -forcément- avec plus ou moins de déni. Peu importe ce qu’il peut y avoir dans ta vie : des amants, des amis, un travail, des projets, un cul d’enfer, du talent… que dalle. Si t’as pas la carte ‘couple’ t’as rien, t’es une sous merde et tu es triste. Voilà.

Alors que personne n’a aucun doute sur le fait qu’on choisit d’être en couple, il n’y a que les célibataires -ces aigries- pour oser y voir des peurs de la solitude et des envies de rentrer dans le troupeau. Difficile d’avouer à quel point les couples autour de nous donnent parfois envie de rester célibataire jusqu’à la fin de ses jours.

Car une célibataire, pour faire ami-ami avec les autres, doit étaler sa souffrance et jamais son bonheur. C’est louche. Alors que si tu pleures, tu seras acceptée, jeune brebis égarée. Même si tout ce que tu fais sera jugé en fonction de ton célibat :

Tu glandes seule chez toi ? Tu es flemmarde, car les hommes, eux, sont dehors.

Tu fais la fête ? Tu es dépravée, alcoolique et superchaude.

Tu ne te jettes pas sur le premier pénis qui passe ? Tu es frigide et coincée.

Ta marge de manœuvre est minuscule.

Tant pis pour ta gueule.

Il y a ceux qui pensent qu’on le fait exprès, qu’on fait les difficiles, limite on se la pète genre « je vaux mieux que ça ». La preuve, on ose dire non quand un homme semble intéressé, alors qu’on ne devrait pas faire les difficiles vu notre situation. Ou il y a ceux qui refusent de comprendre quand on en quitte un autre, parce qu’il n’y a aucune bonne raison pour quitter un homme quand on a finalement réussi à en choper un.

Tous les magazines féminins, tous les livres de cette section ‘Développement personnel’ à la FNAC, toutes les pubs de sites de rencontres, nous assènent la même chose : on va le trouver. Chercher le prince charmant devrait occuper 100% de notre temps. Parce que sinon, si on cherche pas, faudrait voir à pas se plaindre.

L’idée que peut être on aimerait être trouvées, l’idée que peut être on cherche quelqu’un pour rentrer dans notre vie et non pas la définir entièrement ne semble effleurer personne.

Parce que je vous assure, ça va.

Salut, moi c’est … avril 13, 2011

Posted by Tiana in moi moi moi.
4 comments

 

 

 

… et j’ai la classe.

Nowhere To Be Found octobre 1, 2010

Posted by Tiana in moi moi moi.
4 comments

Ca va faire un bon bout de temps que je n’ai pas publié, et je m’en excuse. Les vacances, puis la rentrée, m’ont avalés toute entière, dans un flot de « trucs à régler », chiants et assez épuisants mentalement. Ce n’est pas fini de ci tôt (souvenez-vous : La Thèse), mais je refuse que des tracas m’empêchent de prendre du temps pour moi et ma santé mentale.

Bref.

Pendant les vacances donc, nous (ma soeur et moi) sommes allées au Québec, rendre visite à une certaine jeune fille en stage au pays des écureuils. Cette visite était aussi l’occasion pour moi de profiter du Québec pendant l’été et de retourner en pèlerinage (parce qu’au final c’était bien ça) à Sherbrooke. Malheureusement, pour des raisons stupides, je n’ai pas pu y aller, ni revoir des gens importants pour moi. Ce qui n’a pas empêché ce voyage d’être une réussite « globalement ». Montréal est une ville suuuuper agréable, et je comprend que certaines veuillent tant s’y installer. C’est une ville où il fait bon vivre, où on se repère très facilement (contrairement à Paris, qui est toujours un dédale sans fin pour moi !), et où la gentillesse des gens m’étonnera toujours. Je pense que ce civisme est quelque chose de très Nord Américain finalement : à New York j’ai été tout aussi étonnée de voir des gens qui spontanément, venaient nous aider quand on avait l’air complètement perdues. Ceci dit, le fait qu’on étaient deux jeunes filles en mini short devait aider ^^

Avant le voyage,  j’ai dû acheter un nouvel appareil photo, et au vu des prix assez doux, je me suis payé un caméscope numérique HD (tant qu’à faire hein). Je n’avais jamais fait de petit films avant, mais l’idée me trottait dans la tête depuis un moment et j’avais terriblement envie de tenter le coup. Finalement, même si c’est principalement ma soeur qui a filmé, je suis assez contente du résultat et j’en ai fait un petit montage, en exclu ici POUR TOI PUBLIC ! Bon, je prétend pas du tout que ça soit parfait hein (et j’ai pas pu mettre en HD, parce que pour ça il faut un logiciel de montage payant) mais je pense que c’est quelque chose que je ferais souvent pour mes voyages maintenant, les souvenirs reviennent bien plus vite avec des films…

Starting the collection … août 5, 2010

Posted by Tiana in moi moi moi.
add a comment

Parmi les sites que je visite régulièrement, il y a celui de Todd Selby. Ce photographe a longtemps travaillé pour des magazines comme Vogue ou ELLE, pour faire ces séries genre « je suis une célébrité, bavez devant ma grosse baraque« . Et il a décidé d’en faire une spécialité, depuis il ne photographie que des artistes (plus ou moins) connus dans leur appartement. Et comme nous sommes tous un peu voyeurs, son site The Selby fait un carton et a fait de lui un « blogger star » qui collabore maintenant avec Louis Vuitton Homme ou The CobraSnake (un autre photographe « hype » mais qui s’est spécialisé dans les soirées de Los Angeles). Outre donc son côté voyeur, ce site est aussi une formidable source d’inspiration coté déco :

Les maisons australiennes me font rêver pour leur grands espaces complètement ouverts sur l’extérieur (en même temps, facile quand il fait toujours beau dans son pays !) :

Imaginez ça ! Une douche qu’on peut ouvrir sur l’extérieur pour profiter du soleil !

J’ai aussi réalisé que j’aimais beaucoup l’accumulation de trucs, de tout :

Les japonais sont très forts pour ça

(ce qui est compréhensible, vu la taille des appartements de Tokyo)

(mais bon, paye ton No Life quand même)

Les anglais aussi peuvent être très déjantés :

Mais l’intérieur que je préfère est celui de Karl Lagerfeld, que vous pouvez trouver en partie sur le site. Son intérieur se résume à quatre murs COUVERTS de livres, du sol au plafond, avec des canapés au milieu pour pouvoir les lire et des échelles pour les ranger :

Et je me suis aperçue que j’avais déjà sauvegardé beaucoup de photos de ce genre : des livres classés par couleur :

Ou de la même façon, des murs couverts de livres, mais dans un genre différent de la verrière de Karl Lagerfeld :

J’ai donc décidé de commencer à conserver ou acheter des livres. Sachant que j’en ai déjà une bonne tripotée, espérons qu’il ne me faille pas trop longtemps pour recouvrir un mur entier ! (mais quelque chose me dit que si, en fait ^^)

Et quelle meilleure façon d’inaugurer cette idée géniale que par un très beau livre :

La boucle est bouclée.

La thèse juin 30, 2010

Posted by Tiana in moi moi moi.
2 comments

AaaAaaah la thèse.

Que je vous explique : j’ai un co-financement par le CNRS et l’Armée (ouioui l’armée, rapport que vibrio cholerae, potentiel agent biologique que-tu-peux-tuer-des-gens-avec) et le 1er octobre (techniquement) je commence ma thèse sur le sujet :

« La chorégraphie de ségrégation des deux chromosomes circulaires de Vibrio cholerae »

oui, j’ai tout à fait conscience que ce sujet fait peur, comme tous les titres de thèse d’ailleurs.

Mais avec une petite explication, je suis sûre que vous allez comprendre (et surtout, ça m’évite d’avoir à vous le réexpliquer 15 fois) :

(suite…)

Conversation juin 27, 2010

Posted by Tiana in débilodrome.
1 comment so far

Entre moi et ma soeur (dans l’ordre d’apparition)

-   » La violence ne résout pas tout !

- C’est que tu tapes pas assez fort. »

CQFD

Le Monde Est-Il Prêt ? juin 25, 2010

Posted by Tiana in tribulations en pays fashion.
2 comments

Aujourd’hui, réflexion hautement philosophique :

ma prochaine coupe de cheveux, je la fait comment ?

J’ai envie d’innover, pas de (re)devenir blonde, mais presque.

Alors, l’idée m’est venue de faire des cheveux Ombré.

Koitesse que le cheveux « ombré » (en français dans le texte) me diras-tu ?

Eh bien, c’est un cheveu avec des racines normales (donc brunes) et des pointes rousses ou blondes, style « je reviens de la playa, j’ai trop pris le soleil, la vie est dure quand on passe son été en bord de mer« 

Exemple en image :

Rumy Neely – fashion toast

Erin Wasson

Même les françaises s’y mettent !

Daphné Bürki

et c’est faisable sur des cheveux courts (parce que là, j’ai la longueur de cheveux que j’avais en 3ème, sauf que là, j’ai des soins anti-frisottis)

Alexa Chung

Mais voilà : en regardant toutes ces photos, j’ai très envie de me faire cette couleur, mais j’ai aussi envie de leur dire « dites les gonzesses, il serait peut être temps de faire un raccord racine, parce que là c’est plus possible, hein » pensée qui vient à la plupart des gens qui habitent (allez, au hasard) en Bretagne, et même à Paris.

D’où la question que je vous pose, ô lecteurs :

LE MONDE EST-IL PRÊT ?

(demain nous parlerons de physique quantique pour rétablir la crédibilité de ce blog. merci)

J’ai perdu mon appareil photo à Rome juin 5, 2010

Posted by Tiana in Non classé.
5 comments

Ce qui est une excellente excuse pour acheter un réflex.

Mais avant de me décider, je me suis posé la question : « mais pour prendre quoi au final » ?

Et pour répondre, il m’a suffit de regarder ce que j’avais enregistré dans mon dossier à bordel

(le dossier à bordel est un concept à lui seul : j’y enregistre toutes les photos que je trouve sur le net qui me plaisent pour une raison où un autre ; ça doit bien faire 6 mois que j’ai un dossier à bordel, et il est blin-dé)(il m’arrive de l’organiser un peu, mais j’aime assez de pouvoir avoir côte à côte une photo de mode et un beau paysage, ce qui n’arriverait pas si j’avais bêtement un dossier « mode » et un dossier « paysages »)

Bref, ce qu’il en est ressorti, c’est que j’aime :

les couchers de soleil

je ne sais plus du tout d’où viennent les photos (c’est un des inconvénients d’un dossier à bordel) je crois que les deux premières viennent de Facebook (je vole les photos, c’est maaaaal) la dernière vient de « the cherry blossom girl »

Les nuages :

Et les fleurs de cerisier :Des trucs de meuf quoi.

J’aime bien aussi pouvoir modifier la profondeur de champ comme ça me chante, et prendre des photos en intérieur sans aveugler les gens d’un flash tueur pourrait être utile aussi. Vous conseillez quoi ?

Bon en fait la vérité, c’est que je voulais faire un post avec de jolies photos.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.